Modules voie professionnelle

 

« Solidarité internationale et mouvements sociaux »

Dernière née du réseau IPAM (Initiative Pour Un Autre Monde), Échanges et Partenariats est une association qui milite pour le respect des droits pour tous, qui s’engage auprès des acteurs de solidarité internationale pour appuyer leurs luttes en réaffirmant le partenariat comme moyen fondamental de construire des solidarités entre les sociétés civiles et les acteurs de la solidarité internationale. E&P cherche également à donner à chacun des éléments de réflexion sur nos modèles de société et des pistes d’actions collectives. Cette intervention a pour vocation d’introduire les réseaux de solidarité auxquels appartient E&P,  son héritage politique, son programme d’échanges et par là même de s’interroger et d’échanger avec les étudiant(e)s autour des questions de solidarité internationale, des modes d’engagements, des questionnements et enjeux qui traversent aujourd’hui les mouvements sociaux.

Laure Million et Lorna Mccallum, Echanges et Partenariats

composent l’équipe salariée d’Échanges et Partenariats. Lorna Mccallum est également présidente du réseau IPAM. Elles seront accompagnées d’un ou deux anciens volontaires du programme qui participeront aux échanges à partir de leur propre expérience et parcours d’engagement.

 


« Cartographier l’international »

A travers quelques thèmes de l’actualité internationale (Migrations et circulations globales;  frontières, territoires et conflits;  inégalités et colonialisme) nous déconstruirons la carte pour mieux en comprendre la logique et les intentions à l’origine de sa composition. Nous verrons pourquoi et comment la carte est un objet qui représente tout sauf la réalité, qui est le produit d’une construction intellectuelle subjective et par conséquent, une représentation facile à « manipuler » et très efficace à utiliser comme instrument de « propagande » notamment à l’international.

Philippe Rekacewicz

Philippe Rekacewicz is a French-american born 1. November 1960 in Paris and living in south Norway. He is a journalist, geographer and cartographer and journalist. He was a permanent collaborator of the French international monthly newspaper le Monde diplomatique (1988-2014) and was working for 12 years as head of cartographic department in the UNEP office in Norway, leading various project in the field of environment and human security. He leads “critical” cartographic projects related to relationship between maps, art and politics, maps as objects of propaganda and manipulation, and experimental cartography in the context of public space confiscated by private interests. He co-lead the website « visionscarto.net » which was open in May 2014.

 


«  Evolution du dispositif de soins « hors les murs »: de MSF au Samu Social International

La naissance de dispositifs de soins projetés dans le monde civil se base sur un concept révolutionnaire issu de la médecine de guerre: l’idée de l’hôpital se projetant hors ses murs sur la scène de l’incident pour apporter les premiers soins sur place, et prendre en charge les victimes directement sur le lieu de l’incident ou de la crise pour les traiter en urgence et les accompagner vers une structure spécialisée. Sur ce concept naissent en France Médecins Sans Frontières (1972), d’un part, le SAMU (fin années 60 – officialisé par la loi de 1986) et le SAMU SOCIAL (1993) de l’autre. Ces dispositifs impliquent l’élaboration d’une doctrine médico-sociale de l’urgence, ainsi que la formation et la logistique de professionnels de l’urgence, et la mise en place d’une équipe de coordination et régulation des interventions via un numéro gratuit d’appel d’urgence (15, 115). Dès que ces deux réalités, françaises à l’origine, s’exportent à l’étranger (MSF, SAMU de France, SAMU SOCIAL INTERNATIONAL) et deviennent des références internationales de la médecine humanitaire et dans la réponse aux situations de crise, l’enjeu devient politique. La présente conférence expose les enjeux majeurs d’une médecine d’urgence à l’international, dans nos sociétés où les “Affaires Humanitaires” sont désormais une partie importante, stratégique, dramatiquement actuelle de la géopolitique mondiale (Bureau OCHA de l’ONU 1992 qui complète l’action du CICR), tout comme de la politique interne de chaque pays.

Docteur Xavier Emmanuelli, Samu Social International

Urgentiste SAMU, co-fondateur de MSF, Fondateur du Samu Social et Président Fondateur du Samu Social International, ancien Secrétaire d’Etat à l’Action Humanitaire, ancien président du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées (1997-2015), spécialiste de l’exclusion (adultes et enfants des rues)

 


« La critique au sein de l’humanitaire: l’apport des sciences sociales »

Michaël Neuman fera une présentation de l’association Médecins sans Frontières, de son histoire, de sa structure et de ses missions ainsi que du rôle qu’y joue la réflexion critique. Lui-même coordinateur du Centre de réflexion sur l’action et les savoirs humanitaires (MSF – Crash), il exposera le rôle et les fonctions de ce think tank interne et l’intérêt de mêler expérience opérationnelle et expertise issue des sciences humaines et sociales.

Michaël Neuman, Médecin Sans Frontières (MSF)

Directeur d’études au Crash depuis 2010, Michaël Neuman est diplômé d’Histoire contemporaine et de Relations Internationales (Université Paris-I). Il s’est engagé auprès de Médecins sans Frontières en 1999 et a alterné missions sur le terrain (Balkans, Soudan, Caucase, Afrique de l’Ouest notamment) et postes au siège (à New York ainsi qu’à Paris en tant qu’adjoint responsable de programmes). Il a également participé à des projets d’analyses politiques sur les questions d’immigration. Il a codirigé « Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l’expérience de MSF » (La Découverte, 2011) et « Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques » (CNRS Editions, 2016).

 


« L’action internationale par la coopération culturelle »

La coopération culturelle est l’un des marqueurs historiques de l’action internationale de la France. De fait, le pays dispose toujours du plus vaste réseau au monde, grâce notamment aux implantations des Alliances françaises et des Instituts français. La nécessité d’adapter le dispositif se fait néanmoins sentir pour faire face aussi bien aux contraintes budgétaires qu’aux multiples bouleversements qui marquent notre époque : évolution des pratiques de consommation et d’échanges, hybridation des disciplines, montée en puissance d’autres réseaux culturels (allemand, chinois…), tentation du repli nationaliste dans certains pays et régions, etc. L’appareil français n’est pas démuni d’atouts pour relever ces défis. L’intervention en évoquera les principales caractéristiques.

Francky Blandeau

Journaliste de formation et diplômé en relations internationales, Francky Blandeau travaille depuis une quinzaine d’années pour le réseau diplomatique culturel français. Ses fonctions l’ont amené à coordonner des saisons culturelles (Saison culturelle turque, Année France-Russie, etc), des dispositifs de résidence d’artistes, des conventions de coopération avec des collectivités territoriales. Il a dirigé l’Institut français d’Ukraine de 2011 à 1014. Il est aujourd’hui directeur adjoint du Département Langue française, Livre et Savoirs au sein de l’Institut français à Paris.

 


« Le réseau culturel français à l’étranger, ses missions et ses ambitions ».

J’ai travaillé quinze ans à l’étranger dans ce qu’il est convenu d’appeler le réseau, au service de la diplomatie culturelle, l’une des nombreuses facettes de la diplomatie globale, conçue pour défendre partout les intérêts de la France et des Français. Le réseau de coopération et d’action culturelle est donc essentiellement financé par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Outre ses missions traditionnelles comme la promotion et la diffusion de la langue et de la culture française et la coopération universitaire et scientifique, ce réseau a développé son champ d’action à de nouveaux impératifs (débats d’idées, promotion des études en France, migration internationale, numérique…) et intégrer de nouvelles missions liées à l’élargissement du périmètres d’intervention du ministère ( développement international, promotion du tourisme, attractivité des territoires …). Il a su se réorganiser au profit de zones jugées prioritaires (pays émergents, Sahel, pays en crise)… et travailler avec de nouveaux acteurs : la société civile et les collectivités territoriales. Placé sous l’autorité des ambassadeurs et intégré au réseau diplomatique – une spécificité française – il permet de mettre en oeuvre tous les aspects de l’action extérieure de l’Etat qui relève de la diplomatie d’influence. Ayant posé brièvement le cadre dans lequel s’exercent les métiers de l’action culturelle, je me propose de les présenter concrètement, leurs objectifs et leurs moyens, forte d’une expérience qui m’a menée, comme attachée culturelle puis conseillère d’action et de coopération culturelle, en Pologne, en Russie, en Ukraine et en Slovénie.

Anne Duruflé

Après une formation en en langues et sciences politiques axée sur l’Europe centrale et orientale et l’espace soviétique, la carrière de Anne Duruflé s’est déroulée en alternance entre les services de la coopération culturelle du Ministère des Affaires étrangères à Paris et des postes dans différentes villes à l’Est de l’Europe. Après avoir été lectrice de français en Ukraine et en Pologne dans les années 1970, elle a travaillé en tant qu’attachée culturelle auprès de l’Ambassade de France en Pologne (1982-1986) et à Moscou (1999-2003). De 1991 à 1997, Anne Duruflé a été en poste à Varsovie (en congé du Ministère des Affaires étrangères) au service de la transition en œuvre en Pologne. Elle a d’abord exercé dans le secteur associatif en tant que directrice de la Fondation de Pologne, émanation de la Fondation de France, créée pour contribuer au renouveau de la vie associative, puis, en tant que directrice de la représentation de la Fondation France-Pologne, créée en 1989 pour gérer un don du Trésor affecté à la coopération technique et à la formation des cadres de la nouvelle Pologne démocratique. Entre 2008 et 2015, elle a exercé les fonctions de Conseillère de coopération et d’action culturelle à l’Ambassade de France à Kiev et à Ljubljana.


« Introduction au cycle du projet »

Sur la base de l’expérience professionnelle de l’intervenante, le cours propose aux étudiants une introduction pratique au cycle du projet : identification des besoins, formulation du projet, financement et mise en œuvre, suivi/évaluation. Les questions liées à la prise en compte et à l’implication des bénéficiaires à chacune des étapes seront discutées, les partenaires techniques et financiers clefs des acteurs de mise en œuvre identifiés.

Emilie Henry

Emilie Henry est aujourd’hui directrice d’une association travaillant sur la réduction des inégalités sociales de santé basée dans la cité des Francs Moisins à Saint Denis, après plus de dix ans d’expérience dans la coopération internationale en santé (renforcement de compétences d’organisations communautaires de lutte contre le VIH/sida, développement de projet de recherche communautaire, gestion de projet), Ses domaines d’intérêt sont la santé et la mobilisation communautaire ainsi que le renforcement des capacités des acteurs de terrain

 


« Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés et son mandat »

Cette intervention a vocation à présenter aux étudiants le mandat du HCR en faveur des réfugiés, des déplacés et des apatrides.

Caroline Laly-Chevalier (HCR)

Caroline Laly-Chevalier est conseiller juridique, elle travaille au Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) à Paris où elle est chargée de liaison auprès de l’OFPRA et la CNDA. Elle est également juge-assesseur (HCR) à la Cour Nationale du Droit d’Asile (CNDA)

 


« L’action internationale du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche

L’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche sont des éléments essentiels pour répondre aux grands défis mondiaux, dans un contexte concurrentiel marqué. La plupart des pays ont la volonté d’assurer à tous une éducation de qualité à tous les niveaux et de développer l’innovation en s’appuyant sur de nouveaux outils, sur la mobilité des acteurs et sur des ressources éducatives foisonnantes. Ce changement global impose aux ministères (Education Nationale – Enseignement Supérieur et Recherche) d’être présents à l’international pour faire valoir et diffuser ses modèles éducatif, ses valeurs et ses atouts. La délégation aux relations européennes et internationales et à la coopération (DREIC), opère dans ce contexte, en partenariat étroit avec d’autres acteurs du monde éducatif et universitaire…

Erick Garnier

est depuis 2013 chargé de mission Proche et Moyen-Orient, pays du Golfe au sein de la délégation aux relations européennes, internationales et de la coopération (DREIC),placée transversalement auprès du secrétariat général des ministères de l’éducation nationale (MEN) et de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI). Auparavant, il a été expert en éducation et développement auprès d’ONG françaises, de la Commission européenne et des Nations-Unies (UNESCO-FNUAP) au Cambodge entre 1993 et 1999, Il a ensuite été en charge de la gestion des appels d’offres des grands bailleurs de fonds internationaux sur la zone Asie au CIEP avant d’occuper des fonctions d’attaché de coopération au sein des ambassades de France au Liban (2003-2007) puis en Egypte (2007-2011). Il a également été chargé du suivi du réseau des établissements à programme français dans le monde (environ 500) au sein de la direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) du MEN, de 2011 à 2013.

 


 » Archives audiovisuelles et  recherche »

Les étudiants seront invités à découvrir les fonds audiovisuels et audio de la radio et de la télévision conservés à l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) ainsi que les outils disponibles pour les traiter. La séance sera l’occasion d’aborder les points suivants:

  • Contexte historique de la radio-télévision, de l’audiovisuel public, et de l’Ina
  • Présentation de l’archivage de la radio-télévision.
  • Panorama des fonds relevant du Dépôt légal et hors Dépôt légal.
  • Présentation des outils et applications spécifiques au Centre de consultation de l’Ina (et notamment Médiascope, outil d’analyse, d’annotation et de segmentation)
  • Présentation des procédures d’accréditation, du fonctionnement de l’accueil des usagers en salle P.

 


« Diplômés de l’université, prenez en main votre avenir professionnel »

Cette intervention a pour objectif de vous proposer un nouveau regard sur le monde du travail et vous inviter à remplacer la logique « débouchés » peu rassurante par une approche projet centrée sur vos envies et vos valeurs. Nous verrons ensemble comment aborder le marché du travail dans toute sa complexité et comment vous positionner pour aider les organisations à relever les défis auxquels elles sont confrontées. Nous reprendrons ensemble la notion de projet professionnel et celle de compétence pour valoriser efficacement votre parcours et vos acquis. Nous terminerons par l’importance du réseau, comme outil privilégié de mise en lien avec des structures qui reconnaitront votre valeur ajoutée.

Paule Biaudet

est maître de conférence à L’UPMC et chercheure au Centre de Recherche sur la Formation. Biologiste, concernée par le devenir professionnel des étudiants dont elle avait la charge, elle s’est formée à la gestion des ressources humaines, à l’ingénierie de formation et à l’accompagnement. Son objectif : développer des actions visant à optimiser l’insertion professionnelle des diplômés universitaires. Après avoir accompagné pendant 10 ans des étudiants de tous les cycles dans la construction de leur parcours et leur recherche d’emploi, elle a co-créé puis dirigé un service dédié au développement professionnel des doctorants et des encadrants de thèse. Membre de plusieurs associations d’universités européennes (EUA-CDE, UNICA) et en contact régulier avec des recruteurs et des formateurs (Cercle de la prospective RH, Université Ouverte Des Compétences, AFREF), elle intervient au niveau Européen comme conférencière, formatrice et experte sur le développement des professionnels formés à et par la recherche.

 


« Les métiers de l’international »

Par des récits d’expérience, des études de cas et du travail en groupes, les séances ont pour objectif de rendre plus concret le monde du travail de l’action internationale, ses débouchés et les différents métiers qui la compose.

Fabrice Teicher

Fabrice travaille depuis plus de 15 ans dans le milieu associatif, dans l’éducation populaire, la formation et la solidarité internationale, notamment en tant que directeur d’une ONG de développement. En tant que consultant, au sein de la structure qu’il a créé avec d’autres consultants, La Cabane, Fabrice accompagne aujourd’hui des organisations d’intérêt général (associations, ONG…) dans le renforcement de leur structure face aux questions qui traversent actuellement le secteur (changement d’échelle, gouvernance, stratégie…)

 


«  Construction du projet professionnel »

Chaque séance consistera en deux volets. Le premier volet proposera un travail collectif de repérage de domaines professionnels et de métiers de l’international. Le deuxième volet sera consacré à la préparation de la candidature de stage : construction d’un projet, recherche d’un organisme d’accueil, CV, lettre de motivation, suivi de la candidature.

Anna Colin Lebedev

est maître de conférence en science politique à Nanterre. Elle a une expérience professionnelle diversifiée dans le domaine académique, mais aussi dans les univers de la coopération internationale, de la diplomatie et de l’entreprise.


 

« Méthodologie du rapport de stage »

Comment analyser votre institution et vos activités puis produire un rapport de stage à partir de ces analyses? Ce cours reviendra sur les postures, les étapes et les démarches qu’il convient de suivre pour réaliser un rapport de stage en s’appuyant sur des études des cas et l’analyse des rapports de stages des étudiants vous ayant précédés.

Karen Akoka

est maître de conférence en science politique à l’Université Paris Nanterre. Elle a encadré  de nombreux mémoires de recherche et de stage dans ce cadre.

 


« Projection et débat autour du documentaire de F. Johsua Nous vengerons nos pères »

Florence Johsua

est Maîtresse de conférences en science politique à l’Université Paris Nanterre et chercheuse à l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP). Elle a récemment publié Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement (La Découverte, 2015). Elle est auteure et coréalisatrice (avec Bernard Boespflug) d’un film documentaire, Nous vengerons nos pères (coproduction Public Sénat, France Télévisions & Comic Strip Production, 2017).


Théâtre, littérature et politique. Rencontre avec l’équipe du théâtre des Amandiers à Nanterre et Invitations pour le spectacle Endgame  Jeudi 28 septembre à 19h30 ou  dimanche 24/09 à 15h30

 

 

Emploi du temps – vous trouverez la version la plus à jour de votre emploi du temps sur votre ENT

JOUR HEURE INTERVENANTS
Lundi 18 sept 9h30-12h30 Paule Biaudet – projet pro
Lundi 18 sept
Mardi 19 sept 9h30-13h00 P. Rekacewicz – cartographie
Mardi 19 sept 15-18
Mercredi 20 sept 10h-13h Echanges et partenariats
Mercredi 20 sept 14h30-18h00 P. Rekacewicz – cartographie
Jeudi 21 sept 10-12h M. Neuman – MSF
Jeudi 21 sept 12h30-14h30 A. Colin Lebedev – projet professionel
Vendredi 22 sept 10-12h30 projection film Florence Johsua
Vendredi 22 sept 14h30-17h Inathèque
Lundi 25 sept 10h30-13h F. Teicher –
Lundi 25 sept 14-16h C. Laly Chevalier (HCR)
Mardi 26 sept 9h-12h Emilie Henry montage de projet
Mardi 26 sept

Mardi 26 sept

15-17h

18:00

Eric Garnier

Audrey Perraud – AFD

Mercredi 27 sept 10-12h Francky Blandeau
Mercredi 27 sept 13h30-15h30 Anna Durufle
Jeudi 28 sept 9h-12h Emilie Henry montage de projet
Jeudi 28 sept 14-16h X. Emanuelli – Samu social international
Vendredi 29 sept